Commentaires

Notre devise

 Fugit irreparabile tempus
Hora felicitatis sum

 

Présentation

Archives

W3C

  • Flux RSS des articles

Welcome

Bienvenue chez Elise et Marc
Soyez nos complices dans l'érotisme, la tendresse, la poésie, l'humour....
 
Pour des photos grand format 
Rendez-vous sur notre blog annexe : Batifolages



Contact perso: voir "contact" en bas de page

Vous êtes actuellement

à vouloir entrer ...
2Il y a    personne(s) sur ce blog

  Référencé par Blogtrafic

 

AFIN D 'ERADIQUER  L'AVALANCHE DE PUBS INTRUSIVES
ET LE RENVOI VERS DES SITES PORNOS QUE LE SITE NOUS IMPOSE 
UN SEUL MOYEN : LES BLOQUER EN INSTALLANT
LE LOGICIEL  "ADBLOCK PLUS " GRATUIT
   



 

 



 


 

 

Tu somnoles, auréolé de cette lumière mordorée qui cisèle si bien ton corps mâle dans un  jeu subtil d'ombres et de lumière.

Et moi... je te contemple à distance, je te touche du bout des cils dans un  frôlement invisible simultanément cambré sur le désir et infléchi par une immense tendresse.

Ton visage au repos est un pays aux merveilles où affleurent encore ces rêves d'enfance frémissant aux commissures de tes lèvres d'homme tel un souffle infini.

Dans l'innocence de ton sommeil inhalé, je respire le murmure de ton cœur et  m'imprègne de l'ineffable jusqu'à l'ivresse profonde.

Tu es à la fois cet homme protecteur par qui renaît mon père tant aimé,

ce compagnon de longue route, ce semeur de vies germées au secret de mon ventre, cet amant toujours passionné mais aussi ce petit enfant retrouvé que j'aime bercer dans la nacelle de mes bras.

 

Submergée par l'émoi, je ferme les yeux et mes mains inspirées modèlent l'espace en fugitives arabesques et te sculptent comme pour mieux te graver dans ma mémoire tactile.


Que ne suis-je Phidias, Michel Ange ou Camille Claudel pour insuffler à la matière cette vie splendide afin de la capturer, intacte, dans le plus blanc des marbres de Carrare !

 

Des larmes de bonheur roulent sur mes joues.

 

Je n'aurai de cesse de t'apprendre encore et encore du bout des doigts et, par ces caresses à fleur de peau qui disent autant le corps que l'âme, je croirai alors naïvement apprivoiser un pan d'éternité...

L'insolence de l'éphémérité joue au bord du gouffre : celui du manque devenu définitif !

Je n'aurai pas le temps de me rassasier de toi ...

 

Je sais désormais pourquoi, la nuit venue, dans les jardins publics désertés et dans la solitude des musées, les statues se souviennent et pleurent ...

 

 ( Elise)

 

Mardi 9 juin 2009 2 09 /06 /Juin /2009 02:50
- Par Elise - Publié dans : elisetmoi - Communauté : blog sexe des amis
Voir les 10 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Calendrier

Août 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Images aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés