Commentaires

Notre devise

 Fugit irreparabile tempus
Hora felicitatis sum

 

Présentation

Archives

W3C

  • Flux RSS des articles

Welcome

Bienvenue chez Elise et Marc
Soyez nos complices dans l'érotisme, la tendresse, la poésie, l'humour....
 
Pour des photos grand format 
Rendez-vous sur notre blog annexe : Batifolages



Contact perso: voir "contact" en bas de page

Vous êtes actuellement

à vouloir entrer ...
1Il y a    personne(s) sur ce blog

  Référencé par Blogtrafic

 

AFIN D 'ERADIQUER  L'AVALANCHE DE PUBS INTRUSIVES
ET LE RENVOI VERS DES SITES PORNOS QUE LE SITE NOUS IMPOSE 
UN SEUL MOYEN : LES BLOQUER EN INSTALLANT
LE LOGICIEL  "ADBLOCK PLUS " GRATUIT
   



 

 



 


 

Le cœur serré, nous regardions dans le rétroviseur s’éloigner ces silhouettes amies et leurs ‘’au revoir ‘’ se dissolvaient, dispersés par le vent.

 

La distance à couvrir était grande et la route de retour nous paraissait déjà effroyablement fastidieuse en ce Dimanche d’été pourtant radieux.

La circulation était dense et l’autoroute - véritable corne d’abondance - déversait ses flots de voitures en étirant à l’infini son ruban d’asphalte chauffé à blanc.  

Puis… le ralentissement soudain précurseur du fameux « bouchon » que même le plus futé des bisons n’avait pas prévu…

Piégés dans ce carcan d’acier, accablés de chaleur,  nous ressassions amèrement le mauvais choix qui nous avait jeté dans une telle galère.

La radio de bord distrayait tant bien que mal notre humeur chagrine par quelque intermède musical.

Après plus de deux heures de quasi immobilité, tel l’oiseau s’évadant de sa cage tu as pris la première bretelle de sortie.


 

 

Ce détour étaient-il vraiment raisonnable ?

Non !

Définitivement : non !

La mer n’était qu’à quelques kilomètres et là bas, la danse bleue de l’horizon nous subjuguait déjà…

Sable chaud, ressac des vagues, rires d’enfants, cris des mouettes, tonnelle ombragée et rosé bien frais : cette journée avait des effluves de paradis retrouvé.

Pris par l’insouciance estivale, attablés à la terrasse d’un piano bar nous avons étiré tard dans la nuit ce bonheur d’être : simple et absolu.

 

 


Sur une autoroute redevenue déserte,  nous roulions, silencieux, le vague à l’âme et la vague au corps.

Le souvenir de nos peaux gorgées de soleil, rutilant de mille gouttelettes salées et celui, encore plus vivace de tous ces regards échangés comme autant de possibles hantait nos mémoires.

Dans la semi pénombre de l’habitacle, je devinais ton regard oblique qui, à intervalles réguliers, se posait sur mes cuisses dénudées.

Mais lorsque je tournais la tête dans ta direction, instantanément tu redevenais ce conducteur imperturbable, si attentif à la route…

 

 


Tu me provoquais entre oeillades ardentes et profil de marbre.

Joueuse,  j’ai frôlé ta nuque puis mordillé le lobe de ton oreille avant de glisser ma main faussement distraite dans l’échancrure de ta chemise pour libérer ce torse qui luisait comme un bronze dans la moiteur de la nuit.

 

Et toi, tu ne bronchais pas… Juste ce petit sourire en coin que je devinais à peine.

 

Discrètement, j’ai incliné mon dossier, écarté un peu plus mes jambes et retroussé ma petite robe légère sur mon ventre doré.

Comme le signal attendu, ta main droite est venue jouer à l’intérieur de mes cuisses, là où la peau se fait soie puis tes doigts clandestins ont migré vers ce petit livre rose où deux seuls feuillets suffisent à raconter l’origine du monde…

 

Comment fais tu pour m’ensorceler de la sorte, à chaque fois ?

 

Ma source cristalline s’est mise à couler et ma bouche fiévreuse te cherchait, ivre de désir.

J’ai détaché ma ceinture et je me suis penchée vers toi.  

Avec une lenteur perverse, j’ai ouvert un à un les boutons de ta braguette dressée comme un chapiteau de fête.

Puis j’ai lapé cette goutte de rosée perlant au sommet de ta hampe et mes doigts, mes lèvres et ma bouche ligués ont célébré ce sceptre écarlate en prenant bien soin de ne pas le conduire jusqu’au sacre suprême.

 

Par intermittences, le halo de phares illuminait l’habitacle comme un feu d’artifice impromptu dans le secret de cette nuit d’été.

 

Tes soupirs jubilatoires, la crispation de ta main empaumant ma tête m’enflammaient de toutes parts mais lorsque ma gorge se déprenait de toi, je te murmurais ‘’ Regarde la route ! ‘’

Et toi de me rassurer d’un «  Ca va » au laconisme terriblement parlant…

Pressentant le point de non retour, tu m’as doucement repoussée vers mon siège par ces mots :          ‘’ Caresse toi ! ‘’

 


Faute de pouvoir m’empaler illico sur ton vit glorieux, mes doigts fébriles ont aussitôt entamé leur reconnaissance sur mon petit chemin de ronde tandis que les tiens - sentinelles oublieuses – plongeaient dans les douves de mon plaisir.

 Yeux mi-clos, lèvres entrouvertes, je te regardais m’observer et chacun de nos regards croisés se nourrissait du plaisir de l’autre.

Puis tout s’est effacé et la jouissance s’est engouffrée en moi telle une lame de fond, sauvage, profonde et ravageuse.

 

Ce n’est que plus tard lorsque nous avons fait halte sur cette aire pour nous rafraîchir que j’ai su que tu avais explosé spontanément à l'écoute de mes halètements et de mes petits cris égarés.

 

Et sur les heures laborieuses du lendemain flottait encore le parfum aphrodisiaque de cette route de nuit…

 

 (Elise)

 


Vendredi 28 août 2009 5 28 /08 /Août /2009 02:06
- Par Elise - Publié dans : elisetmoi - Communauté : BATIFOLAGES
Voir les 12 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Recherche

Images aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés