Commentaires

Notre devise

 Fugit irreparabile tempus
Hora felicitatis sum

 

Présentation

Archives

W3C

  • Flux RSS des articles

Welcome

Bienvenue chez Elise et Marc
Soyez nos complices dans l'érotisme, la tendresse, la poésie, l'humour....
 
Pour des photos grand format 
Rendez-vous sur notre blog annexe : Batifolages



Contact perso: voir "contact" en bas de page

Vous êtes actuellement

à vouloir entrer ...
5Il y a    personne(s) sur ce blog

  Référencé par Blogtrafic

 

AFIN D 'ERADIQUER  L'AVALANCHE DE PUBS INTRUSIVES
ET LE RENVOI VERS DES SITES PORNOS QUE LE SITE NOUS IMPOSE 
UN SEUL MOYEN : LES BLOQUER EN INSTALLANT
LE LOGICIEL  "ADBLOCK PLUS " GRATUIT
   



 

 



 


 

Part 3  Epilogue

 


 

  L’éclairage tamisé du lieu me rendait imperceptible et c’est en toute décontraction que nous avons trinqué à notre amour, les yeux dans les yeux.

 

Nous étions déjà venu dans ce club libertin et comme les fois précédentes, nous n’avions pas de quête particulière hormis le plaisir stimulant de nous immerger dans une atmosphère où la liberté d’esprit précède celle du corps.

Ce n’était pas la grande foule exubérante et ‘’jet-set ‘’du samedi.

Ce soir là, l’établissement accueillait des couples de tous âges et cette diversité - à l’image de la vie même - rendait le lieu bien plus convivial.

Main dans la main dans l’étroitesse tortueuse des couloirs, nous sommes partis à la découverte de cette mélodie en sous-sol où les notes de plaisir sont arpèges et les gestes arabesques sensuelles offerts au regard comme un florilège de ravissements.

 

Très vite gagnés par l’ambiance voluptueuse, nous avons élu une alvéole pour y faire notre petit nid d’amour.

 


Nous commencions à peine à nous embrasser lorsque j’ai perçu le frôlement d’une main égarée sur mon bras.

Bien que discret, j’ai occulté cet attouchement qui venait parasiter notre duo naissant et je me suis mise à t’embrasser de plus belle tandis que mes mains te caressaient avec une ferveur redoublée.

Tu étais étendu, yeux clos sur cette couche de promesses et je sentais ton excitation monter sous mes doigts gourmands louant le beau renflement de ta braguette.

C’est alors que pour la seconde fois, j’ai senti cet effleurement sur mon bras : plus soutenu, plus enjôleur aussi.

A quelques centimètres de nos corps allongés, deux silhouettes se profilaient dans le halo rouge des appliques murales.

L’homme et la femme se tenaient debout derrière nous : immobiles, enlacés, leurs regards croisés ancrés à nous comme un appel muet.

 

Toi, déjà en partance, tu ne t’étais toujours aperçu de rien…

 

Ils étaient jeunes, sveltes, souriants et d’apparence fort agréable.

Puis je l’ai vue : Elle, si désirable …

Dieu qu’elle était belle, de cette beauté que je n’avais pas…

Dieu qu’elle était jeune, de cette jeunesse que je n’avais plus …

Deux femmes et chacune reine omnipotente en ce royaume libertin.

Je lui ai souri en signe d’acquiescement tacite.

J’ai décidé de laisser libre cours à cette convoitise féminine si flatteuse posée sur toi.

Parfaitement lucide, j’ai choisi de t’offrir ce gage d’amour.

 

Ainsi tout s’est enchaîné

Tout s’est déchaîné…

Très vite, trop vite peut être…

 


Je revois la magnifique poser ses mains de jouvence sur toi et te dévêtir.

Je la vois encore cajoler de ses doigts ta hampe fièrement dressée puis l’habiller de transparence avant que sa bouche gourmande ne t'engloutisse …

Je te regarde l’investir et faire de son intimité la tienne.

C’est ainsi que j’ai appris la double dépossession : celle que le mental a voulu mais que

l’instinct rejette.

Si tu savais comme, sur l’instant, ça m’a fait mal de voir tes mains ravies conquérir un autre corps.

Si tu savais combien il était douloureux alors d’entendre tes soupirs de jouissance, pareils à ceux dont je croyais, présomptueuse, détenir l’exclusivité !

 

Oui : sans faillir, je vous ai observé vous donner du plaisir.

Oui, je t’ai regardé, toi, dans cette promiscuité parallèle où tu me semblais si lointain…

Malgré cette brûlure, si tu savais combien j’étais heureuse d’avoir pu préférer ton désir au mien.

En dépit de cette blessure narcissique, j’ai choisi de laisser libre cours à ce plaisir qui n’appartient qu’à toi seul…

 

L’inconnu était doux, attentionné et se révélait être aussi ce cavalier endurant.

Je lui ai prêté mon autre corps, offert ma bouche opportune, le nid provisoire de mon sexe, mes mains immigrantes et mes doigts de transhumance mais mes caresses ne pouvaient avoir ni le parfum ni l’âme de celles que je moissonne aux saisons de ta peau …

 

 La petite robe noire sommeille dans l’armoire et, chaque fois que j’en ouvre les portes, il me semble entendre son murmure envoûtant…

Alors je me souviens…

 

Je ne regrette pas.

Je ne renie rien.

De manière impromptue j’ai compris mes fragilités

Abruptement j’ai découvert mes forces.

 

Depuis …

Je sais comment je t’aime :

Malgré le ‘’Moi ‘’

Et au-delà de moi

Désormais

Je sais combien je t’aime :

Plus que moi-même…

 

( Elise )

 


 

 Il serait hypocrite de prétendre que l'échangisme ne faisait pas partie de nos fantasmes, de ceux que l’on réalise ou pas, certains couples n’y cédant que pour suivre une mode.

Ce n'était pas notre cas et si nous devions un jour franchir le pas, ce serait par simple envie de connaître de nouvelles sensations.


Nous en avions d'ailleurs déjà maintes fois discuté mais toujours avec une réelle appréhension, bien conscients des dangers que pouvait représenter une telle expérience pas du tout anodine.

Appréhension telle que très sincèrement je ne pensais pas que nous la concrétiserions un jour. Où trouver l'audace d'aborder un autre couple : où, quand, par quoi commencer, comment se faire comprendre autrement que par des mots ? Et la suite ? Jusqu'où aller, de simples caresses jusqu'à de véritables ébats ? Comment ne pas blesser l'autre, comment ne pas se sentir tout à coup en proie à une jalousie dévastatrice menant à un fiasco ?

 

Autant de questions dont l'inconscient se moque et c'est sans aucun doute lui qui a guidé nos pas ce soir là vers cette discothèque libertine où nous étions déjà allé "gentiment" les autres fois, non sans un certain plaisir.

 

Et puis, comme Elise le raconte mieux que moi, tout s'est précipité.

Ce couple s'est approché de nous, a fait les premières avances dans la pénombre de cette alcôve où nous avions commencé à nous aimer, émoustillés par les regards furtifs de spectateurs excités.

Nous nous sommes laissés faire et aucun de nous deux n'a prononcé ce simple mot qui pouvait tout arrêter: non !

Je me suis alors senti brutalement submergé par une vague d'érotisme contre laquelle je n'ai pas cherché à lutter. Ma partenaire étant, je l’admets, jeune et belle et vraisemblablement rompue à ce genre de jeux, je craignais d’autant plus de la décevoir en ayant un blocage. Ce ne fut pas le cas tant les premières caresses furent naturelles pour ne pas dire instinctives.

Pas un seul instant pourtant, contrairement à ce qu'elle a pu s'imaginer, je n’oubliais la présence d'Elise à mes côtés, fasciné de la voir possédée par un autre homme et en proie à un curieux mélange de jalousie et d’excitation, le premier sentiment étant d’autant plus douloureux que celui qui avait pris ma place n’était pas mal non plus !

 

Lorsque tout fut terminé, j'éprouvai, comme le jour lointain de mon dépucelage, ce sentiment de fierté typiquement masculin d'avoir franchi un nouveau cap décisif qui ne pouvait que renforcer la confiance en moi-même, sentiment renforcé par la permission que m’accordait la femme que j’aime d’en posséder charnellement une autre, me donnant ainsi la plus grande preuve d'amour qui se puisse imaginer.

 

A aucun moment et en dépit des circonstances, je n'eus l'impression d'avoir été traité comme un objet par ce couple qui, certes, nous avait choisis plus que nous l'avions choisi mais dont le désir qu’ils avaient de nous n’eut jamais pu être satisfait sans notre propre consentement.

 

Rentrés à l'hôtel au petit matin, tous deux abasourdis comme après un rêve dont on a du mal à s'évader, je me jetai sur Elise pour lui faire l'amour presque violemment, comme pour effacer les traces de "l'autre".

J'étais terriblement excité, en proie à un désir presque animal qui me dépassait mais dont j'avais entendu parler à travers les témoignages de ces hommes qui "prêtent" leur femme à un autre pour mieux en jouir ensuite.

 

Au réveil, cet épisode était déjà derrière moi. Je n'ai pas compris tout de suite les craintes que cette folle aventure avait fait naître chez ma compagne, craintes aggravées par les paroles malheureuses et mal interprétées que j'avais pu prononcer pendant et après l’acte, réactivant chez elle d'anciennes blessures qui la font toujours douter d'elle-même.

Je culpabilisais alors qu’elle ait pu s’imaginer un seul instant être dépossédée de l’homme qu’elle aime par une autre femme perçue à tort comme une rivale alors que cette "autre", loin de m’éloigner d’elle, n’a fait que m’en rapprocher davantage encore. Sans doute est-ce là l’un des aspects les plus paradoxaux de ce que l’on appelle, faute de mieux, "l’échangisme" et que j’avais moi-même beaucoup de mal à comprendre avant que d’y avoir été confronté.

 

Aucun de nos divers batifolages n’ayant jamais été programmé, je ne saurais dire si d’autres expériences de ce type suivront.

Peut-être oui, peut-être jamais et cela n’a aucune importance.

 

Ce jeu là, nous pouvons en témoigner, constitue pour un couple l’épreuve du feu et nous en aurons sans doute désormais moins peur ayant réalisé qu’au plus fort de l’incendie, la seule flamme qui pouvait nous consumer était celle de notre amour...

 

Elise, je t’aime !

 

(Marc)

 

Jeudi 8 octobre 4 08 /10 /Oct 08:09
- Par Elise - Publié dans : elisetmoi - Communauté : Couples libertins
Voir les 15 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Recherche

Images aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés